Pages

24 mars 2011

Souvenirs de Printemps

Je regardais le printemps s’installer doucement hier, avec le beau soleil. Et je me suis revue quand j’étais jeune et que j’attendais le printemps avec impatience.


On attendait que les bordages de rue soient assez bas, et puis on suppliait ma mère de sortir nos vélos.

« OK, mais juste dans l’entrée, pas dans la rue », qu’elle disait.

Alors on s’habillait en vitesse, en essayait de mettre notre manteau de printemps en douce (des fois, ça marchait…) et on sortait les vélos pour faire des ronds dans l’entrée.

Souvent, nos amis venaient nous rejoindre dans le cercle, parce qu’on avait une plus grande entrée que les autres maisons. Des fois on allait sonner chez nos amies aussi, pour les inviter.

Quand maman ne regardait pas, on allait rouler un peu dans la rue… Pis dans les flaques d’eau aussi. Ça c’était drôle et ça faisait des dessins dans l’entrée!!

Des fois, on enfilait nos patins au lieu du vélo. Ceux à quatre roues il y a longtemps, puis les nouveaux, avec les roues alignées plus tard.
Quand les bancs de neige étaient assez bas pour que les voitures nous voient sortir de l’entrée, on avait le droit de faire le tour du bloc, aussi.


On sortait les craies de couleurs et on dessinait des jeux de marelle par terre, les mains gelées. Mais c’était pas grave. On ne s’en rendait pas compte : on jouait!

Puis on jouait aussi au bonhomme pendu. Il y en avait partout!

Et on dessinait des cœurs, des soleils, des nuages….


Quand la neige était assez basse, on allait jouer dans la cour arrière, dans le méga module que mon père nous avait construit. On avait même un pneu suspendu!!! Ça, c’était cool, un pneu suspendu. On tournait, tournait, tournait…. Pis quand on se sentait téméraire, on se faisait balancer pour aller cogner sur les poteaux : Bang! Ah, pis aussi, tourner ET balancer le pneu à la fois, c’était le top!


On sortait le ballon de basket, et on jouait au 21, avec notre panier trop haut (ou on était trop petites?!). Des fois, on jouait à deux contre deux, aussi. Pis, quand le ballon tombait dans la neige qui persistait, ça le mouillait et ça faisait des ronds sur l’asphalte quand on dribblait.


Pour aider mon père on sortait les balais et on balayait le devant de la maison. Mais le but, en fait, c'était de faire des petite montages de sable pour passer en vélo dessus.... Chut....


Plus tard, quand on avait la permission, et qu’il n’y avait plus de neige, on allait au parc. Et au parc, à part se cacher des garçons, on jouait en gang (avec les gars quand ils étaient gentils) à écrire une lettre dans le sable avec un bâton. Les autres essayaient de deviner le mot. Quand quelqu’un le devinait, il devait se mettre à courir vite-vite et faire le tour du module sans le faire attraper par le maître du jeu, et sauter à pied joint sur la lettre à son retour au point de départ. On criait, on riait, on s’amusait!


Ouais, le printemps, c’était le bon temps… :)

6 commentaires:

Cindy a dit…

Tu me rappelles tellement de bons souvenirs!!! Tu me rends nostalgique ce matin :)

Marie-Lo a dit…

Tellement!!!! Le temps passe trop vite... bientôt nos enfants nous demanderons de sortir le vélo... ;)

Sednah a dit…

Moi j'aimais quand je pouvais recommencer à faire des "tartes à la bouette" dans la cour :D

What the fuck? a dit…

Waw! Merci pour tous les beaux souvenirs que tu me rappelles. :)

BiBi a dit…

Merci de me rappeller ces beaux souvenirs qui sont aussi les miens

dansmeslunettes a dit…

wow!!! tu me ramènes en arrière!!!!!!!!!!
t'as oublié le bout où on cassait les bouts de glaces tout sales qui se formaient au bout des bancs de neige en sautant dessus! Pis la première fois qu'on revenait à pied de l'école!

xx